Kinshasa - RD Congo : dimanche, 25 août 2019 -
Nous suivre sur

Actualités

Le secrétaire d’État américain adjoint aux Affaires africaines Tibor Nagy s’est prononcé sur le rapport des forces dans l’exécutif congolais après les élections du 30 décembre 2018. C’était en marge du 18e forum de l’AGOA, African Growth and Opportunities Act, qui s’est tenu à Abidjan, la capitale de la Côte-d’Ivoire et s’est clôturé mardi 7 août.
 
Si cet équilibre fait que l’actuel président de la République Félix Tshisekedi ne puisse avoir que 35% des membres du gouvernement à venir et l’ancien président Joseph Kabila les 65% autres pourcents, c’est une logique constitutionnelle à laquelle le président de la République ne peut que s’incliner. Et cela ne dérange pas les États-Unis.
 
“Absolument pas ! Nous savons que le président Tshisekedi évolue dans un cadre constitutionnel très restreint qui lui laisse une marge de manœuvre limitée. Car même s’il est président, le choix des membres du gouvernement revient au parti majoritaire, c’est-à-dire celui de son prédécesseur Joseph Kabila. Donc il doit y avoir des négociations. Le président peut bloquer des nominations pour l’équipe gouvernementale mais il ne peut pas la nommer lui-même. Nous sommes persuadés qu’il fait ce qu’il peut“, a-t-il répondu à nos confrères de RFI au cours d’une interview leur accordée.
 
Au lieu de ne picoter que sur Félix Tshisekedi, et son pouvoir, sa force politique vis-à-vis de son allié Joseph Kabila, le ministre américain a invité l’humanité à se focaliser davantage sur l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui décime l’Est de la RDC. Une autre façon d’assurer la stabilité à ce pays :
 
” Le monde doit maintenant se focaliser sur la crise Ebola. Ce serait une chance incroyable que la République démocratique du Congo devienne réellement une République démocratique exportant la stabilité plutôt que l’instabilité. Cette instabilité a été la cause durant des décennies d’un grand nombre de morts en Afrique, plus que pendant la Première guerre mondiale“, a-t-il rappelé.
 
Quoi que l’on dise, les États-Unis soutiennent le pouvoir de Félix Tshisekedi pour le bien des congolais : “Nous soutenons positivement l’action du président Félix Tshisekedi car nous souhaitons que la RDC et son peuple puissent enfin profiter des richesses de l’un des pays les plus riches au monde“, a conclut Tibor Nagy.

La MONUSCO et le Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba (MNS) vont redynamiser leur action en vue de neutraliser les groupes armés et stabiliser l’Est de la RDC. « Il faut mener des activités conjointes pour neutraliser les groupes armés », a affirmé mardi 6 août François Grignon, le représentant spécial adjoint intérimaire du secrétaire général des Nations unies en RDC chargé de la protection et des opérations à l’issue d’un échange avec le coordonnateur du MNS.

François Grignon a souligné que la MONUSCO apporte son soutien au Mécanisme national de suivi pour la stabilité et la paix dans l’Est de la RDC.

« Nous avons un partenariat qui s’organise à travers un appui technique, un appui programmatique, une mobilisation générale de la communauté internationale pour soutenir les activités qui mènent à la stabilisation du pays. Nous avons également parlé des activités conjointes qui doivent mener à la neutralisation des groupes armés », a indiqué François Grignon.

Le coordonnateur du MNS, Claude Ibalanky prône pour sa part une approche globale pour résoudre la crise dans la partie orientale de la RDC.

« L’objectif poursuivi ici est la restauration de la paix, de la stabilité et de la sécurité à l’Est du pays, mais aussi dans la sous-région. Ici, l’approche est globale. Il y a des aspects du dialogue et l’aspect de l’usage de la force. Ce qui est sûr, ce que nous mettrons fin à ce cycle d’instabilité », promet Claude Ibalanky.

Depuis plusieurs mois, la Mission onusienne en RDC a engagé un partenariat avec le Mécanisme de suivi sur l’ensemble des questions qui concernent la stabilité et la sécurité de la RDC.

Source Radio okapi

Le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a reçu en audience, jeudi à la Cité de l’Union africaine, Mme Maria Hakansson, ambassadeur de Suède en République démocratique du Congo, venue lui faire ses adieux après un mandat de 3 ans République démocratique du Congo. La diplomate suédoise a déclaré à la presse, au sortir de l’ audience, qu’elle a, à cette occasion, remercié le Chef de l’État pour la bonne collaboration entre les autorités de Kinshasa et de Stockholm.
 
A une question, elle a répondu que, durant son mandat,la Suède a été très impliquée dans le processus électoral en RDC, lequel a été considéré par son pays comme comme une question clé. Pour Mme Hakansson, son pays est également un grand partenaire de développement et un grand bailleur de fonds des humanitaires en RDC, de même la Suède intervient dans la l’égalité et les droits de la femme.
 
Elle a dit, par ailleurs, avoir remercie le Chef de l’État pour son implication personnelle, ce qui concerne cette dernière question, car estime-t-elle, il y’a beaucoup de femmes fortes et battantes en RDC, espérant qu’on va leur donner de l’opportunité de contribuer aux efforts de développement de leur pays. Parmi les bons souvenirs qu’elle garde de la RDC, elle a cité la beauté du pays, "qui est unique", la première passation de pouvoir civilisée et pacifique et, à titre privé, d’avoir ramène en Suède deux enfants qu’elle a eus durant son mandat en RDC.
 
M. Banza, ambassadeur itinérant du Chef de l’ État a assisté à cette audience.
 
Jeannot LUSENGE

L’activisme du mois de la femme oblige. Le séminaire de formation de trois jours organisé par le ministère de l’Intérieur et Sécurité dans le salon rouge de l’Immeuble du Gouvernement dit « Intelligent » à l’intention des femmes cadres et agents de l’Etat a été clôturé le vendredi 30 mars 2018.
C’est le Vice-ministre de l’Intérieur et Sécurité Basile OLONGO PONGO qui a présidé cette cérémonie à l’absence du Vice-Premier Ministre de l’Intérieur et Sécurité Henri MOVA SAKANI empêché pour d’autres obligations d’Etat. Différents Secrétaires généraux de l’Administration publique et l’Inspecteur de la Territoriale y ont marqué leurs présences. Au cours de son mot de clôture du séminaire, le Vice-Ministre de l’Intérieur a exhorté toutes les femmes, qu’elles soient de l’Administration ou en uniforme, de braver les mythes de la subdivision sexiste du travail. Avant de clore ses propos, Monsieur Basile OLONGO PONGO a dit croire en à la féminisation de la police et de toute autre forme de travail sous le leadership du Chef de l’Etat Joseph KABILA KABANGE, pour la sécurisation de notre beau et grand pays.
Précisons d’ores et déjà que cette activité qui s’était inscrite dans le cadre des activités programmées au cours du mois de la femme avait pour objectifs de former et conscientiser la Femme sur sa participation active dans les affaires publiques, mais aussi renforcer sa capacité dans la compréhension des principes de bonne gouvernance dans la gestion de la chose publique. C’était une occasion également de l’équiper des outils de la participation active au développement de son pays. Avec ce séminaire, au moins cent cinquante Femmes Cadres et Agents œuvrant dans le secteur public ont été rendues capables de comprendre leur apport dans la bonne gouvernance, a dit le formateur du jour.
Pendant ces échanges de trois jours les femmes cadres et agents ont pu avoir la maîtrise sur les notions essentielles pour leur positionnement. Elles ont été formées sur ce qu’est un leader. Selon les notions reçues, être leader c’est voir le futur et les opportunités que les autres ne voient pas, les aider à voir afin qu’ils s’accomplissent uniformément. Et pour cela, il faut se comprendre soi-même, connaitre ses qualités et ses lacunes comme condition essentielle pour devenir un bon leader.
Il faut signaler que parmi les modules de formation a figuré aussi celui lié à l‘éthique et la déontologie professionnelle de l’agent public de l’Etat. Le présent module avait tout son pesant d’or d’autant plus que la République Démocratique du Congo est confrontée à une crise morale caractérisée par une inversion déontologique des valeurs éthiques qui est à la base de la mauvaise gouvernance. Cette formation aura le mérite d’aider les participantes à se comporter dignement dans leurs vies publiques et privées. Cela , de manière à préserver et à renforcer la confiance du public envers l’Etat et à améliorer son image de marque en vue de s’acquitter de ses devoirs dans le respect des lois et règlements, des instructions et des règles déontologiques relatives à ses fonctions en s’abstenant de tout acte prohibé et immoral susceptible de compromettre l’honneur.

Xavier ALUBATI

La Police Nationale Congolaise a été à l’honneur ce vendredi 15 Décembre 2017 au salon rouge de l’immeuble du gouvernement dit « Intelligent ». La salle était essentiellement occupée des hommes et femmes habillés en tenue de la police nationale Congolaise .C’est à l’occasion de la clôture du séminaire de renforcement des capacités des Inspecteurs sur la gestion sécuritaire des élections, Session de formation organisée par l’inspection Générale de la Police Nationale Congolaise du 11 au 15 Décembre 2017, avec l’appui technique et financier du Gouvernement de la République Démocratique du Congo et de la MONUSCO.
Cette cérémonie riche en couleur, était présidée personnellement, par l’autorité de tutelle, le vice-Premier Ministre et Ministre de l’intérieur et sécurité, monsieur Emmanuel RAMAZANI SHADARY. Avant la remise des brevets aux participants le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur a rendu tout d’abord hommage mérité au chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo et Commandant suprême des forces armées et de la police nationale, Joseph KABILA KABANGE tout en remerciant la composante MONUSCO pour sa contribution à cette formation. Dans son speech, Emmanuel RAMAZANI SHADARY a rappelé à l’attention de l’assistance que conformément au décret du 09 Décembre 2004, déterminant son organisation, le rôle de l’Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise est celui de veiller à l’application stricte des lois et règlements de la République par le personnel de la police nationale, des droits fondamentaux par des instructions et directives relatives au bon fonctionnement de la Police. A ce titre le vice-Premier Ministre ,Ministre de l’intérieur a insisté sur le fait que l’Inspection Générale de la police se doit d’évaluer le respect par le personnel de la Police Nationale, des lois fondamentaux, des droits de l’Homme et de la protections des libertés individuelles dans l’exercice de la fonction de la Police Nationale Congolaise et contrôler la gestion rationnelle des ressources humaines, financières et matérielles mises à la disposition des différentes unités et services de la Police nationale, mais également de contrôler l’application du principe « genre » dans les propositions des promotions et affectations au sein de la police. Il a enfin conclu en disant que l’Inspection Générale également la vocation de recadrer les comportements des policiers pendant les prestations afin de démanteler les mauvais éléments.
L’Inspecteur Générale de la police Nationale, le Général Raus CHALWE pour sa part s’est dit satisfait de l’assiduité et l’abnégation dont les inspecteurs ont fait montre tout au long de cette session de formation. Il les a, en outre, exhorté à mettre en pratique les connaissances acquises en matière de la sécurisation électorale et agir sur le terrain. Avant de clore ses propos, le général Raus a plaidé pour que le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur soit l’Interprète de l’Inspection Générale auprès du gouvernement national afin d’obtenir le financement de sa part en vue d’organiser d’autres formations au profit des différents Inspecteurs disséminés à travers l’étendue de la République.

Xavier ALUBATI MUSSA

Le Ministre Steve MBIKAYI lance la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence à l’ESU Une bourse d’étude vient d’être lancée par le ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Elle est dénommée « Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence ». La cérémonie officielle a été présidée personnellement par le Ministre Steve MBIKAYI ce jeudi 12 octobre 2017 au Salon bleu de l’Immeuble du Gouvernement dit « Intelligent ». Différents membres des composantes du secteur Enseignement Supérieur et Universitaire y ont été conviés. C’est le cas du président du Conseil d’Administration, des Chefs d’établissements des secteurs public et privé, des responsables de l’administration publique, des membres de son cabinet, des enseignants ainsi que des étudiants, en présence de Madame le Secrétaire Général de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et le Président de la Conférence Provinciale des Chefs d’établissements de la ville de Kinshasa. Au cours de son allocution de présentation de cette bourse, le Ministre de l’ESU a soulevé qu’elle est son initiative dès son arrivée à la tête de ce ministère. Cela s’est concrétisé avec les échanges avec les différentes autorités académiques lors de sa récente tournée dans les établissements de la capitale ainsi qu’à l’intérieur du pays. Il a donné le but de cette bourse qui n’est autre que la revalorisation de certaines filières désertées par les étudiants dans les établissements et tendent à disparaitre, et de contribuer à l’amélioration des conditions sociales de la jeunesse, les établissements d’Enseignement Supérieur et Universitaire ayant pour mission de participer au progrès de la société en permettant l’acquisition des compétences. Raison pour laquelle la bourse d’Excellence et de Solidarité Nationale cible avant tout les jeunes issus des familles modestes, les filles et les jeunes désireux d’embrasser les filières désertées. Il faut signaler qu’aucun fond ne sera attribué aux jeunes bénéficiaires mais, plutôt, ils seront exemptés du paiement des frais d’inscriptions ainsi que des frais académiques. Les jeunes sélectionnés seront encadrés et suivis à la loupe jusqu’à la fin de leur deuxième cycle, l’a souligné le Ministre de l’ESU. La note circulaire portant organisation de cette initiative a été signée séance tenante. Avant de terminer, il a exprimé sa profonde gratitude au Président de la République Joseph KABILA KABANGE pour avoir encouragé cette initiative qui s’inscrit dans sa vision d’un développement endogène s’appuyant sur les ressources humaines nationales. Il a remercié également le Premier Ministre et Chef du Gouvernement Bruno THIBALA NZENZE pour son intérêt soutenu à ce projet. Fait à Kinshasa, le 23 octobre 2017. Xavier ALUBATI MUSSA

Célébration de la Journée Internationale de la femme.
Le Vice-Premier Ministre José MAKILA SUMANDA encourage les agents féminins de son secteur dans la lutte contre le VIH/SIDA

Dans le cadre de la journée internationale de la femme, une matinée de réflexion a été organisée dans le Salon rouge sous les hospices du Vice-Premier Ministre et Ministre en charge des transports et voies de communication à l’intention d’une centaine d’agents et cadres féminins œuvrant au sein des entreprises du secteur des transports.
Apres avoir esquissé un aperçu sommaire de la lutte pour le droit de la femme aussi bien sur le plan national qu’international au cours de son mot de circonstance, José MAKILA SUMANDA a rappelé que ces agents femmes de son secteur sont des gestionnaires d’un service sensible parce qu’elles sont mises en contact permanent avec le monde entier. Ainsi, pour être à la hauteur des attentes, les femmes travaillant dans le domaine des transports doivent être placées dans des conditions de santé requises a martelé le Vice-Premier Ministre José MAKILA. Il les a encouragé en disant « vous pouvez donner un souffle nouveau dans la lutte pour l’égalité de chance dans le milieu professionnel et de la représentation paritaire au sein des institutions du pays mais également à travers le combat contre le VIH pour la préservation de la vie des millions de voyageurs en provenance de la République Démocratique du Congo » Cela sous les ovations de l’assistance constituée essentiellement des femmes.
Plusieurs exposés en rapport avec les thèmes retenus cette année, cela au niveau international et national, ont été suivis. C’est notamment « les femmes dans le monde de travail en évolution, planète 50/50 à l’horizon 2030 » et « Ensemble pour la parité 50/50 à l’horizon 2030 : Investir dans un travail décent et plein emploi pour les femmes dans un climat de paix et d’équité ».
C’est dans l’optique de la réduction de l’impact du VIH / SIDA et la tuberculose dans le monde de travail et surtout chez les agents féminins que le ministère de transports et voies de communications a tenu à célébrer cette trente deuxième édition de la journée internationale de la femme.
Ainsi, une opportunité a été offerte au Vice-Premier Ministre et Ministre des transports et voies de communication de procéder à la sensibilisation des femmes travailleuses face aux violences basées sur le genre et aux risques de transmissions de cette pandémie. C’était également une bonne occasion pour offrir un accès aux services de dépistage volontaire du VIH et du cancer du col de l’utérus ainsi que la distribution gratuite des préservatifs.

Xavier Alubati

Echange des vœux au ministère des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de     l’Information et de la Communication
Le Salon bleu de l’Immeuble Intelligent a connu une ambiance toute particulière la soirée de ce jeudi 23 février 2017. C’était  une cérémonie d’échange des vœux  qui y était organisée. Une cérémonie tout à fait symbolique, mais qui a marqué ce ministère d’une pierre blanche. Le Ministre des PTNTIC, Monsieur Amy AMBANTOLE NYONGOLO, pour ne pas déroger à la règle qui veut qu’en chaque début d’année une cérémonie d’échange de vœux soit organisée, l’a présidé personnellement au 53ème jour de l’année, en présence de son Vice-ministre, Monsieur Isidore OMARI KAMPENE, de tous les membres de son cabinet ainsi que des différents opérateurs du secteur des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. 
Dans son mot de circonstance, le Ministre des PTNTIC, Amy AMBANTOLE NYONGOLO, tout en présentant ses vœux aux partenaires et autres invités, a profité de la présence de l’assistance en vue de lui faire part de certains dossiers importants de son ministère. C’est entre  autres les dossiers liés au   backbone à fibre optique qui doit connaitre une fiabilisation de ce qui existe et aller jusqu’à l’implantation de cette infrastructure sur l’ensemble du territoire national. Selon le Ministre, Pour la 4G de la téléphonie mobile, les fréquences devront être libérées à la fin du processus de migration à la TNT. Il envisage sa vente suivant des critères objectifs et en toute indépendance. Au sujet de la lutte contre la fraude téléphonique et numérique, le Ministre a promis d’éradiquer ce fléau jusqu’à disposer d’un Gateway physique pour renforcer le contrôle sur  les déclarations du volume de trafic.
Monsieur Amy AMBANTOLE NYONGOLO n’a pas oublié d’évoquer  le dossier en rapport avec le projet satellite République Démocratique du Congo et de la numérisation terrestre. Séance tenante le Ministre des PTNTIC a annoncé la participation de la République Démocratique du Congo aux réunions du secteur dans les Institutions sous - régionales, régionales et internationales.  Avant de clore son propos, il a annoncé officiellement la tenue, du 18 au 22 avril 2017, de la première édition annuelle de la  foire Internationale des Technologies de l’Information et de la Communication en République Démocratique du Congo, sur proposition de BITEC Consulting, sous le patronage du ministère des PTNTIC. Le Ministre AMY AMBANTOLE NYONGOLO s’est réjouit de cette foire qui est une occasion offerte pour l’impulsion des produits et services des entreprises locales à la rencontre de celles venants d’ailleurs.
 
Xavier  ALUBATI
 
 

 

Lancement officiel ce vendredi 10 février 2017, du plan de réponse humanitaire 2017-2019 pour la République Démocratique du Congo par le Ministre PALUKU KISAKA YEREYERE
Le plan d’action humanitaire triennal de la République Démocratique du Congo a été lancé l’avant –midi de ce vendredi 10 février 2017 au salon rouge de l’immeuble intelligent. Le Ministre PALUKU KISAKA YEREYERE en a présidé la cérémonie officielle. C’était en présence de certains membres du Gouvernement ainsi que différentes personnalités du monde des organisations non-gouvernementales nationales et internationales. Ce plan pour lequel le montant s’élève à 2,3 milliards de dollars s’étalera sur les années 2017, 2018 et 2019.
Cette assistance humanitaire visera trois objectifs qui constituent la réponse aux principales conséquences de la crise, identifiées dans l’aperçu des besoins humanitaires. La cérémonie de lacement officiel a été constituée des déclarations des principales parties responsables de la réponse humanitaire en République Démocratique du Congo ainsi que la déclaration du Gouvernement par le biais du Ministre des Affaires Sociales, Solidarités et Actions humanitaires.
Selon Monsieur Rein PAULSEN, le chef de bureau OCHA en République Démocratique du Congo, la République Démocratique du Congo traverse une crise aigue et prolongée d’autant plus que plus de 60 pourcents de la population de ce pays a moins de 20 ans et n’a connu que des conflits et insécurité caractérisant certaines régions de ce pays depuis des décennies. A lui d’ajouter, que les besoins humanitaires se sont creusés dans tous les secteurs sociaux au fil du temps au lieu de se résorber. Ainsi, toujours selon Monsieur Rein PAULSEN, plus d’1million d’enfants de moins de 5 ans sont gravement malnutris. La rougeole et le cholera sont devenus des problèmes récurrents de santé. Aujourd’hui la communauté humanitaire en RDC lance officiellement son plan de réponse humanitaire triennal. Mais il nécessite une contribution de 748 millions de dollars pour les 12 prochains mois ciblant quelques 6,7 millions de personnes. Sans cela, plus de 6 millions de personnes seront confrontées à une vulnérabilité aigue causée par la perte d’accès aux biens et aux services de base a conclu Monsieur Rein PAULSEN.
Le Ministre PALUKU KISAKA YEREYERE a pour sa part souligné que disposer d’un plan humanitaire est une chose et en trouver le financement pour sa mise en œuvre en est une autre. C’est ainsi qu’il a profité pour en appeler à la sincérité et au pragmatisme des parties en présence. Il a fait savoir en outre, que la situation humanitaire et la réponse dans la République Démocratique du Congo constituent une préoccupation majeure pour le gouvernement d’où la nécessité de renforcer le cadre national de concertation humanitaire afin d’éviter la duplication des activités lors des opérations d’intervention sur le terrain. Le Ministre a remercié les bailleurs pour leur générosité sans laquelle le plan d’action humanitaire 2016 n’atteindrait les objectifs notables qu’il s’était assigné.

ALUBATI MUSSA Xavier

 

Page 1 sur 2
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2015 JoomlaWorks Ltd.

Lettre d'information

Soyez informer par e-mail

Visiteurs

022235
Aujourd'hui
45

Nous suivre sur
Copyright © 2019 Immeuble du Gouvernement - Tous droits réservés.